As Rodadas de Votações na Escolha do Papa Bento XVI!


RATZINGER 47/BERGOGLIO 10/MARTINI 9
RATZINGER 65/BERGOGLIO 35
RATZINGER 72/BERGOGLIO 40
RATZINGER 84/BERGOGLIO 26

Le Monde !

Le nombre des cardinaux-électeurs était de 115 et, pour devenir le 264 e successeur de Saint-Pierre, le candidat devait atteindre 77 suffrages, soit une majorité des deux tiers. Dès le premier tour de scrutin, lundi 18 avril, Joseph Ratzinger prend le large avec 47 voix. Mais la surprise est que, dans le camp réformateur, Bergoglio (10 voix) dépasse Martini (9). Au deuxième tour, le mardi matin, les deux premiers se détachent : Ratzinger avec 65 voix et Bergoglio qui bondit à 35. Martini disparaît de la course. Au troisième tour, le cardinal allemand atteint 72 voix, mais la minorité fait bloc sur le nom de Bergoglio, dont les suffrages montent à 40. Le moment est crucial. Toute l'histoire des conclaves témoigne de renversements de situation au détriment d'un candidat presque élu. "L'inquiétude gagne les cardinaux partisans de Mgr Ratzinger", note alors dans son carnet le cardinal trop bavard. C'est au quatrième tour, mardi soir, que les jeux se font. Le score de Jorge Mario Bergoglio chute à 26 voix,
alors que Joseph Ratzinger est élu avec 84 voix. Le cardinal qui a brisé le secret du conclave a une interprétation de l'événement plus sujette à caution que ses chiffres. Il écrit : "J'observe [Bergoglio] en train de mettre son bulletin dans l'urne. Son visage est empreint de souffrance, comme s'il suppliait : Dieu, épargnez-moi cela !" Bergoglio se serait montré si effrayé par la perspective de devenir pape que ses soutiens se seraient effondrés.


<< Home